On travaille quand même...

Avec ce foutu Covid 😨, ça bouge beaucoup et parfois dans tous les sens (initiatives spontanées, lettres ouvertes, etc.) autour des questions de financement et d’aides diverses au secteur culturel.

Les autrices et auteurs de bande dessinée sont frappé.e.s de plein fouet par cette crise. La précarité endémique de nos statuts plonge certaines et certains d’entre nous dans des situations parfois dramatiques.

Alors évidemment, ABDIL s’est mobilisé depuis le début du confinement pour soutenir et défendre des aides pour les travailleuses et travailleurs de notre secteur.

C’est un boulot invisible, loin des coups de gueules sonores, mené avec les autres fédérations pour essayer de se faire entendre et d’obtenir des résultats concrets. Ça prend un temps fou qui nous fait oublier parfois de communiquer sur l’avancée des discussions...

Et puis hier, voilà que le MR balance son plan de sauvetage global pour la culture (paru dans le Soir le 9 mai 2020). Ça rebat les cartes dans cette Belgique morcelée, ça risque de foutre à plat tout ce pour quoi on a bossé, ou pas.

Alors avant qu’on oublie, on s’est dit que ça serait bien de vous mettre un petit recap de ce qui s’est passé ces derniers mois avant de remonter en selle :

Dès le 19 mars,

Fin avril

Nous leur avons demandé de prendre au plus vite des mesures sur les points suivants :

Par ailleurs, au niveau fédéral, nous avons relayé et insister sur les revendications portées par une majorité du secteur, à savoir :

C'est quoi ABDIL ?

Une fédération pour représenter les créateurs de bandes dessinées et d’illustrations en Belgique francophone.

Notre charte

Abdil a une charte qui définit notre mission et nos engagements, elle est belle !

Adhérer

Auteur de bande dessinée ou illustrateur en Belgique francophone, adhérez à l’ABDIL afin de défendre votre métier !