ABDIL devient signataire du contrat de filière

Le "contrat de filière"... Derrière ce terme qui reste pour l’heure relativement opaque pour une bonne partie des acteurs et actrices du monde du livre, se déploie un vaste projet de coordination du secteur et des pouvoirs publics autour d’une politique commune du livre. ABDIL renforce son implication dans le projet et fait appel à ses membres afin de proposer des mesures concrètes de soutien à la création et aux auteurices en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le contrat de filière en quelques mots

Le projet de "Contrat pour la filière du livre en Fédération Wallonie-Bruxelles" est un des chantiers dans lequel ABDIL s’implique activement depuis plusieurs mois. De quoi s’agit-il, en deux mots ? Le contrat de filière est un grand projet de coordination entre tous les acteurs du livre (éditeurs, libraires, auteurs, bibliothécaires, etc.) et les pouvoirs publics, chapeauté par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui subsidie pas mal de monde et veut optimiser la filière de bout en bout.

Le projet vise à articuler les différents niveaux de pouvoir (FWB, régions, provinces et communes) autour d’une politique commune du livre, ce qui permettrait en gros de simplifier l’administratif, d’harmoniser les aides et de concrétiser plus rapidement des mesures et actions pour le secteur.

Implication d’ABDIL

ABDIL a d’abord été sollicitée via la Chambre de Concertation des Écritures et du Livre afin de remettre un avis sur le projet de texte. Alertée par le peu de place faite à la création et aux artistes-auteurices dans les premières versions du texte, nous avons remis une note de minorité suite à laquelle nous avons pu, au cours d’un entretien avec le Cabinet de la Ministre de la Culture, formuler nos inquiétudes.

Après consultation des membres, ABDIL a décidé de devenir co-signataire du contrat de filière en espérant, par cette implication renforcée, faire entendre ses revendications et leur donner une forme concrète au sein du contrat. Cette implication nous permet également de suivre au plus près l’évolution du chantier. Peu de nos propositions d’amendement du texte du contrat-cadre ont été retenues et nous continuons de marquer notre réserve sur les constats et objectifs formulés dans le contrat. Cependant, le texte fait à présent mention de "la précarité systémique des autrices et des auteurs et la nécessité de repenser les relations entre les différents maillons de la filière à l’aune de cette précarité". De plus, "l’intégration de bonnes pratiques notamment en termes de juste rémunération et de reconnaissance du travail de chaque acteur de la filière" figure dans l’un des objectifs prioritaires du contrat.

La suite ? Appel aux membres d’ABDIL

Si les grandes lignes et le cadre théorique du contrat de filière sont maintenant quasiment définis, le plus important reste à faire ! ABDIL peut dès à présent soumettre des propositions de mesures qui, une fois validées par les parties qu’elles engagent, seraient mises en place via le contrat de filière. Il s’agit donc d’une possibilité concrète de renforcer le soutien à la création et aux auteurices, de repenser les relations entre membres du secteur et de défendre la juste rémunération du travail de création.

Un groupe de travail constitué de membres du comité ABDIL planche actuellement sur la formulation de propositions, mais nous avons besoin des idées de tout le monde ! Comment soutenir la création ? Comment instaurer de bonnes pratiques en termes de rémunération de la création ? Comment créer du lien entre les structures qui jalonnent le parcours d’auteurices ? Etc. Faites-nous part de vos idées ici.


    Mauvaises pratiques de rémunération dans les appels à projets BD/illu

Autrices et auteurs de bande dessinée ou d’illustration en Belgique francophone, adhérez à l’ABDIL afin de défendre votre métier !
Je m’inscris !